voyage moto Circuit de 12 jours en Sardaigne

Parce que nous avions publié l'article de Martine sur l'Alsace (JDM n°114), celle-ci nous a fait parvenir son voyage en Sardaigne. Ils sont partis sans l'aide d'un voyagiste, deux trikes et une moto.

Récit et photos Martine de Leteil (07).

1er jour

Enfin c'est le départ. Nos amis passent à la maison pour qu’on puisse faire la route ensemble jusqu’à Toulon pour l’embarquement à 20 heures.
Nous sommes donc 2 trikes avec remorque et une moto. L’embarquement se passe bien. Nous monopolisons une petite table et voici que nous sortons des glacières : caillettes ardéchoises, saucisson, terrine de sanglier, etc… sans oublier l’apéro.

Cela donne envie aux passagers du Mega Express et tous nous souhaitent bon appétit !

Nuit à bord sur le Mega Express 5 pour Porto Torres. Je n’ai pas oublié mes médicaments pour le mal de mer.

2e jour

Porto Torres-Stintino 48 km…

En passant par Capo del Falcone avec un panorama fascinant depuis le belvédère.

Stintino-Capo Caccia 55 km

En passant par Biancareddu & Palmadula. À Capo Caccia on peut admirer la presqu’île de calcaire : 168 m de parois rocheuses.
Le midi, pique-nique de gambas sur la plancha…

Sur la route près de Fertilia…

Nous nous arrêtons pour voir le pont romain situé sur l'étang Calich. C'est un ancien pont romain reconstruit à l'époque médiévale, dont les fondations des sept premiers arcs remontent à l'époque romaine.
Nuit à Fertilia dans un camping. Bungalow pour nous et mobil-home pour nos amis. Un peu spartiate et vieillot mais pour le premier soir ce n’est pas grave.

3e jour

Fertilia-Alghero 7 km…

Visite des grottes de Neptune par bateau, les remparts et la cathédrale Santa Maria sur la plazza del Duomo (campanile de style gothique catalan).

a voirLes grottes de Neptune remontent à la préhistoire. Elles ne sont pas seulement célèbres, mais aussi les plus grandes. Elles s’étendent sur environ 4 km et sont une grande attraction pour les spéléologues qui sont les seuls à visiter les recoins les plus secrets.

OUPS, petit problème !

Au retour de la balade en mer quelle surprise. Le trike ne démarre plus. On avait laissé la glacière branchée et voici que la batterie est vide. Attraction sur le port ! Un camping-car nous dépanne avec un booster.

Alghero-Bos-Suni 57 km, en longeant la côte…

Nuit à Suni près de Bosa.

4e jour

Bosa aux maisons colorées

122 voyage moto Sardaigne 1Visite de la cathédrale, de la forteresse au promontoire escarpé, balades, plage et château de Serravalle.

Visite de la ville en petit train le matin. Bosa est un pittoresque petit port dominé par un fier château. Le long du fleuve les tanneries abandonnées d'un côté et de l’autre des jolies maisons.

L’après-midi la visite du château ne dit rien à personne. Me voilà donc partie toute seule comme un grande. Je m’engage dans la montée des escaliers et à mi-chemin…un serpent. Aïe aïe aïe, j’en ai horreur, me voilà redescendue comme une folle. Pas de visite pour aujourd’hui.

La solution : plage et repos.

5e jour

Bosa-San Giovanni di Sinis, 98 km en passant par Riola Sardo…

San Giovanni di Sinis, les ruines de Tharros.

San Giovanni-Oristano 19 km…

La visite du site archéologique de Tharros, magnifique sous une chaleur insupportable, montre surtout l'aspect qu'avait la ville romaine entre le 3e et le 4e siècles : quelle splendeur !

Visite également de la tour avec vue imprenable sur la péninsule.

Tharros, probablement fondée par les Phéniciens à la fin du VIIIe siècle avant J.C. devint au cours de l’âge punique (fin VIe–238 av. J.C.) l’une des villes les plus importantes de Sardaigne.

Nuit à Oristano.

6e jour

Oristano-Nuoro, 120 km. Nuoro-Tiscali 12 km…

122 voyage moto Sardaigne 2Nuoro-Tiscali, village caché niché dans le fond d’un gouffre (accès à pied).

Ah oui, bien caché. Notre hôte a commandé pour nous un 4x4 qui va nous mener au pied de la montagne. Et nous voilà partis.

Route barrée pour travaux. Heureusement notre guide connaît la région et donc détour par des routes à peine praticables et nous traversons sur un pont datant de l’époque romaine.

Arrivés sur le site, 2 heures de grimpette pour des non-marcheurs comme nous et pas équipés du tout. Mais quel plaisir !

Oubliées la douleur et la fatigue. Un paysage époustouflant tout au long de notre marche pour arriver au gouffre.

Une heure de descente pour s’installer sur une table de pierre. Notre guide sort les spécialités sardes de sa glacière et met la table. Un régal suivi d’une liqueur de myrte.

Tiscali, village préhistorique

Caché dans une grotte, plus exactement au sein d’une doline, dans un site invisible de l’extérieur et joignable uniquement par un parcours ardu dans le Supramonte, au sommet du mont Tiscali (500 m au dessus du niveau de la mer) qui s’élève à droite du Rio Sa Oche dans la vallée de Lanaittu.

Tiscali-Cala Gonone 30 km…

Nuit à Dorgali.

7e jour

Cala Gonone-Orgosolo 47 km…

Orgosolo : peintures murales, gouffre de Su Suercone (450 m de hauteur), lac de Cedrino.

a voirVillage très pittoresque, avec des peintures sur toutes les maisons. Les rues comptent 150 peintures murales dont la première remonte à 1969 (elle fut réalisée par un ollectif anarchique). Musée à ciel ouvert, ce village de montagne affiche une forte identité avec des sujets sur la résistance, le terrorisme, l’exode rurale, la vie des paysans, le droit à l’enfance… Au détour d’une petite ruelle d’Orgosolo, j’ai trouvé une petite boutique qui vendait des jolis napperons faits en Sardaigne et non en Chine. Le patron super sympa a fait essayer à mon mari une coiffe traditionnelle. Nous avons bien ri.

Nouvelle nuit à Dorgali.

8e jour

Cala Gonone-Orosei, 30 km.

Orosei-Olbia, 88 km.
Avant de quitter Salvatore notre hôte, achat de fromage dans une ferme puis visite d’une fabrique de céramique à Dorgali.

a voirLes céramiques de Dorgali se distinguent par leur coloration verte ou jaune. Il faut dire que la tradition de la céramique remonte aux anciens temps. Les plus importants musées archéologiques de l’île conservent des pièces datant d’il y a 5000 ans. Encore aujourd’hui, cet art antique constitue un élément important de la tradition artistique sarde.

Olbia, ville de culture et d'histoire
Visite de la ville, on tourne, on vire, on se perd, bon sang prenez votre GPS. Je prends les choses en main et nous voilà partis pour retrouver notre demeure.
Ma copine danseuse de rock m’avait parlé de San Teodoro qui vit le soir. Alors visite de cette jolie ville, un bon restaurant, quelques souvenirs… une bonne soirée en somme.

9e jour

Plage, plage, plage. Ça fait du bien de se reposer par cette canicule. Le farniente dans l’eau claire est bénéfique.

10e jour

Olbia-Santa Teresa Gallura/San Pasquale 78 km…

122 voyage moto Sardaigne 3Passage par la côte et Porto-Cervo, village magnifique au centre de la Costa Smeralda (la côte d'émeraude). Boutiques de grandes marques, yatch immenses, etc.

Santa Teresa Gallura
Village pittoresque qui suit le cours sinueux de deux calanques. Rochers de granit, tombes des Géants, et Capo Testa, ancienne carrière de granit.

Hélas l’accueil si apprécié des sardes avec charcuterie, fromage et vin dès notre arrivée n’était pas présent lors de notre location à San Pasquale. La villa tenue par des français n’avait de bien que la vue et je ne ferai pas d’autres commentaires.

11e jour

Santa Teresa Gallura-Porto Torres…

On a zappé Castelsardo, quel dommage. Trompés de route ? Ensuqués par la chaleur ? J’ai un immense regret. La prochaine fois peut-être car c’est sûr je reviendrai en Sardaigne.
Derniers achats de souvenirs difficiles à trouver car pas grand-chose à Porto Torres.

12e jour

Porto Torres-Toulon…

Départ 9 h, arrivée 17 h.

On n’a pas tout vu, mais c’est sûr on reviendra en Sardaigne. L’accueil sarde restera inoubliable, les paysages aussi.

 

ecrire article moto

Voir les photos en cliquant sur l'onglet